Décider comme un dirigeant

Le PDG de Nexity n’est pas un patron comme les autres. Un décideur !

Alain Dinin, le dirigeant de Nexity, ne se voit pas comme un grand patron mais plutôt comme le capitaine d’une grosse PME qu’il a contribué à faire naître et grandir. Sachant que notre vision dépend de là où l’on se trouve, son positionnement au même niveau que ses équipes directes ou sur le terrain lui permet de déceler des opportunités difficiles à voir « d’en haut ».

Bâtisseur, il se différencie par sa capacité à « créer des ponts » : entre le passé et le futur, les sphères dirigeantes et le terrain, le rationnel et l’intuitif, l’entrepreneur et le « système », ses responsabilités et les prises de risque. Son mode de fonctionnement lui permet d’aller au contact des gens et de leurs idées, de repartir de zéro, de parier sur ses intuitions et de saisir des opportunités pour construire un succès collectif.

L’art de trancher « dans le gris »
Au début de sa carrière, Alain Dinin reprend le travail de VRP de son père récemment décédé pour subvenir aux besoins de sa famille. Plus tard, il n’hésitera pas à « parier » son patrimoine personnel, accumulé au cours des 25 années précédentes de travail, en montant le LBO qui donnera naissance à Nexity avec Stéphane Richard.

Il sait s’inspirer de ses intuitions tout en remettant du rationnel au coeur de sa réflexion, et les associer à une pensée cartésienne quand celle-ci atteint ses limites. Avec un but: trancher « dans le gris », c’est-à-dire faire des choix quand la situation est complexe et peu contrastée.

Une conception du temps tournée vers le futur
Alain Dinin conjugue sa vie de dirigeant au présent. Sa conviction intime est qu’il « suffit d’avancer pour que cela marche ». Les regrets liés au passé étant, de son point de vue, inutiles. Il préfère se souvenir régulièrement de ses origines modestes, des leçons qu’il a tirées de ses nombreuses erreurs autant que de ses succès et tisser son histoire par ce fil conducteur qu’est l’apprentissage de la vie professionnelle. Etre détaché de ses acquis passés a facilité ses décisions de vie : à plusieurs reprises, il est reparti de zéro en prenant des risques majeurs avec une envie de saisir des opportunités plus forte que la peur de tout perdre.

Autre point très important pour le dirigeant: bâtir un espace collectif mêlant respect, compréhension, complémentarité et inspiration. Il s’interroge ainsi régulièrement sur l’art et la manière de construire la meilleure équipe et la faire vivre, trouvant des éléments de réponse dans :

  • un langage commun adopté
  • des frontières posées
  • et plus largement une relation équilibrée avec son environnement (il n’aime guère les conventions hiérarchiques dans le vocabulaire, les actions ou l’organisation du « système » de l’entreprise).

GL

Source : cet article est disponible intégralement avec plusieurs interviews vidéos sur Challenges