Décisions, peurs, liberté … (interview d’Andreu Solé, professeur émérite HEC Paris)

Dans le cadre de cette 1ère interview 2020 de HEC Consulting & Coaching Club, nous discutons de nombreux thèmes : nos décisions, nos peurs (notamment LA peur de notre société selon lui, liée au monde du travail), la liberté… Il revient notamment sur nos décisions essentielles, celles que nous ne questionnons plus et qui sont devenues des comportements reflexes (comme le fait de retourner travailler chaque matin) et nous ouvre à d’autres choix avec les notions de possibles, impossibles et non-impossibles.

Podcast HEC Alumni – Interview Andreu Solé

INTRODUCTION A NOTRE INTERVIEW

Sociologue et économiste, Andreu Solé (Professeur Emérite HEC Paris) a consacré ses travaux de recherche, en particulier, à la question de la décision. Prenant en compte l’apport de la philosophie et de la biologie, il met en lumière le rôle fondamental – dans tout processus de décision – non de l’information et de l’analyse (des problèmes, de l’environnement, des risques, etc.) mais de l’imagination. Son hypothèse est que nous nous créons (personnellement et collectivement), sans nous en rendre compte, des possibles, impossibles et non-impossibles à l’intérieur desquels nous vivons, en fonction desquels nous prenons nos décisions. Un possible est un événement (la réaction d’une personne, le vote d’une loi, une tempête de neige, etc.) qui, selon nous, peut survenir ou pas ; un impossible est un événement que l’on exclut, impensable ; un non-impossible est un événement qui, pour nous, ne peut pas, ne pas, se produire (c’est une certitude, une nécessité). Ces possibles, impossibles, non-impossibles ne sont pas des possibilités, des contraintes, des nécessités – objectives – qui s’imposent aux hommes ; il s’agit de constructions de leur imagination. Distinguant décisions essentiellesimportantes et secondaires, il souligne le paradoxe que, le plus souvent, les premières ne sont pas conscientes : intervient une imagination non consciente. Par exemple, pourquoi, début mai 1940, l’Etat Major de l’armée Française ne tient-il absolument pas compte des photos prises par des avions qui surveillent la frontière à la hauteur de Sedan – lesquelles signalent une attaque allemande d’envergure (une colonne de chars, de camions de soldats, etc., de 250 km de long, s’avance) ? Ces chefs vivent (raisonnent, interprètent les informations qui leur sont transmises, regardent les photos) à l’intérieur d’un impossible implicite : il est inimaginable que l’armée allemande attaque à cet endroit car celui-ci est, objectivement, trop risqué pour elle. Plus que jamais, une des décisions – essentielles – de plupart des dirigeants d’entreprise est un non-impossible tacite : impossible de ne pas chercher à développer et internationaliser l’entreprise. Selon cette perspective théorique, vivre consiste à se créer et recréer des possibles, impossibles et non-impossibles personnels et communs. Il s’agit d’une dynamique créatrice.

LE PARCOURS DE NOTRE INVITE

Sociologue et économiste, Andreu Solé (Professeur Emérite HEC Paris) a consacré ses recherches : à la décision, aux rapports entre entreprise et société, au travail du chercheur, à la question : qu’est-ce que l’homme ?. Il a donné des enseignements, sur ses thèmes de recherche, à l’Université Paris I, à l’Ecole Centrale de Paris ou encore à l’INET. Il a publié des livres et de nombreux articles, notamment : Andreu Solé, Créateurs de mondes, Editions du Rocher, Monaco, 2000 ; J. Méric, Y, Pesqueux, Andreu Solé, La « société du risque » : analyse et critique, Editions Economica, Paris, 2009 ; « L’entreprisation du monde » (dans Repenser l’entreprise, sous la direction de Jacques Chaize et Félix Torres, Editions le cherche midi, Paris, 2008), « Le chercheur au travail » (dans Sciences du management, Epistémique, pragmatique et éthique, coordonné par Alain Charles Martinet, Editions Vuibert, Paris, 2007).

Une pensée sur “Décisions, peurs, liberté … (interview d’Andreu Solé, professeur émérite HEC Paris)

Commentaires fermés.